Quelque Chose

Qu'est ce que vous voulez que je vous dise? De la délirance? De la barbarie? De l'inhumanité? Et bien, c'est dit.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ainsi va la vie. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingrid Dayge



Messages : 135
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Ainsi va la vie. [Libre]   Ven 12 Aoû - 7:21

L'oreille à l'affut au cas où d'un prévisible danger, que ce soit animal carnivores qui me trouverait intéressent comme apéritif, serpent venimeux qui aurait une envie soudaine de mordre tout ce qui bouge ou petit moustique car ces petites bêtes là sont très énervant à vous piquer sans cesse pour un rien et après ça gratte, le pire. Je me dirigeai avec des gestes souples et prudent au lac le plus proche où j'étais. Je pris un raccourci pour y aller en un rien de temps, mais ce raccourci changeait tout les jours, allez savoir pourquoi. Parce que les arbres se ressemblent tous? Surement, mais enfin, qu'importe le chemin si on arrive à sa fin. C'était un proverbe d'avant. Quand je dis avant, c'est évidement avant la super-guéguerre qui a exterminé tout le monde sauf les plus intelligent, ou ceux qui ne voulaient pas mourir immédiatement, qui sont venus ici. Pas mal comme endroit, y a de tout ici.

Mais j'ai des petits mystères à résoudre de la vie avant, du récit de mes arrières-arrières-arrières-grands-mères ou tralala grands-pères, on pouvait tranquillement regarder une boîte magique, le nom est trop compliqué j'ai déjà oublié, assis sur quelque chose de mous, et non pas sur une souche d'arbres! Et surtout, ils n'avaient pas besoin d'aller à la cueillette ni à la pêche ni à la chasse, comment faisaient-ils! L'histoire lointain de nos ancêtres de brouille de plus en plus et notre compréhension aussi. Mais bon, c'est de l'histoire ancienne maintenant! Aujourd'hui, on ne s'ennuie jamais! Toujours quelque chose à faire pour pas crever, c'est pas génial ça?

J'entendis le bruit d'un clapotis d'eau lointain, je m'approchais tout doucement de l'endroit entendue toujours en surveillent mes gardes. J'avais dans la main une pierre affuté par moi-même et j'avais même sculpté une forme spécial, un museau déformé par des sortes de trous positionné un peu partout. Pendant un moment, je m'étais battu avec ce stupide morceau de bois dure pour avoir une tête de loup sur la poignée, mais il a préféré quelque chose ressemblant à un oiseau chantant. Est-ce une coïncidence? Si je suis parti de ce groupe stupide qui prie des Cui-Cui à tout bout de champs, est-ce pour revoir des oiseaux? Réponse évidente: non! Pour montrer à tous le monde que je partais définitivement, j'ai insulté un Piou, c'était suffisant. Un autre en a manger un cru devant les Majalis avec un sourire sadique, moi-même je l'évite au cas où.

Arrivé au but de ma recherche obstiné, je distinguai dans une brume presque irréelle, une clairière avec un mini lac et une chute d'eau petite mais très bruyante. Je m'avançais toujours vers l'eau à l’affût du moindre bruit. Compliqué comme métier de faire une promenade dans une forêt où on risque de mourir à chaque pas, mais c'est la vie. Arrivé à destination, je fis un tour complet des lieux, ne vit personne, rien de très dérangeant et m'assis près de l'eau. J’émiais un sifflement quand je vis que le liquide était transparent et limpide, enfin quelque chose de pure! Je trempai ma main, l'eau était tiède avec les rayons du soleil qui la chauffait mais un tantinet fraîche avec la petite chute, encore plus parfait. Je mis ma main sur mon visage pour me rafraîchir, le meilleur du meilleure pour moi. Personne, toute seule, soleil, eau parfait, lumière: bonheur sans défaut.

Ainsi, j'étais bien là où j'étais et personne ne me dérangera...personne...






Dernière édition par Ingrid Dayge le Mer 14 Sep - 10:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Lovett



Messages : 176
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche et tout droit jusqu'au matin.

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Mar 16 Aoû - 9:29

C'était hier après-midi, alors que je venais de retrouver le petit........singe?......bref, le petit animal qui s'était perdu dans les lianes de la forêt vierge. J'avais failli arriver à mes fins (mourir) plus d'une fois, et finalement, il m'avait amené dans ses périples, à un endroit beaucoup plus calme, apaisant et radieux. Au loin je distinguais un point d'eau, un énorme point d'eau...Je devais laver le sang sur mes mains ( une histoire de couteau mal aiguisé) et cette cascade me paraissait l'idéale. Des plantes barraient ma route, le petit animal était accroché à ma robe. L'endroit était touffu, mais je pensais être suffisamment souple pour passer en dessous. Ce fut le cas jusqu'à ce qu'une mèche de mes cheveux s'accrochèrent malencontreusement dans ces fichues branches fines couvertes d'épines, ma jupe se coinça dans un buisson humide, et mon pied perdit l'équilibre, je fis une chute dans les feuilles, laissant paraître un petit sursaut léger. A terre, je restais immobile, ne trouvant pas la façon adéquate pour me relever...Quelque chose bougea, vers le point d'eau, je crus d'abord à une biche ou une girafe, mais ce qui s'avançait vers moi semblait humain, mais qui apparaissait derrière les lianes meurtrières???...
L'ombre devint net tout d'un coup...
Éreintée, je trouvais la force de dire...
_ Qui-est-ce...
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Dayge



Messages : 135
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Ven 19 Aoû - 1:55

Un bruit, un tout petit bruit minuscule. Puis un bruit moyen, qui s'amplifia pour finir dans un énorme son. Cela provenait de ma gauche, bien. Je pris ma pierre taillé, très pointue et me dirigea rapidement vers l'endroit que mon oreille avait retenu. Que cela peut-être? Quelque de lourd, et de fatigué puisqu'il est effectivement tombé. Une proie d'un félin qui a réussi à lui échapper mais avec peu de force? Un bébé mammifère qui n'arrive pas encore très bien à marcher? Alors la mamn furax de le trouver loin va débouler en trempes et je devrai partir à toute vitesse. Allons donc voir ça de plus près. Plus je m'approchais, plus je vis une masse sombre par terre. Quand j'arrivais enfin à destination, ce que je vis me stupéfiai. Une humaine, étalée par terre, les mains pleine de sang. Ma mâchoire inférieure se détacha peu à peu de celle supérieure et mes yeux devinrent de plus en plus grand. Moi qui voulait être seule! Je restai quelques instant devant elle, debout quand elle commença à parler:

-Qui est-ce...

Donc elle ne me connaissait pas, elle devait être donc Majalis. Mais je crains que cela ne voulait rien dire puisque peu de Muelleris me connaissaient, je n'allais pratiquement pas à mon propre village. Je l'offrais ma main pour se relever mais entre temps autre chose fut venu dedans, un petit singe, qui grimpait de plus en plus sur mon bras. Comme si cela était un mauvais insecte, je fis un petit geste de la main sur mon bras pour qu'il parte de celui-là. Ayant remarqué mon peu de sympathie à son égard, il retourna près de la jeune fille. Bon maintenant, il faut répondre à sa question que j'avais en suspend, je n'avais guère envie de me m'être dans des présentations futiles qui me ferait prendre mon temps et j'avais envie aussi d’apprendre plus sur elle.

-Une Muelleris.

Comme ça, je regardai sa réaction et je verrais si elle-même en est une. si non, je l'enverrais aller rejoindre les siens pour qu'elle aille prier tous ensemble une plume d'oiseau qu'ils ont récupérés. Ou encore commémorer un Cui-Cui mort de vieillesse. Peut-être faudrait-il m'être une limite entre les deux clans? Non, cela sera une grande erreur car on voudrait avoir plus de territoire que l'autre et une nouvelle guerre viendrait, et nous ne voulons pas faire les mêmes erreurs qu'avant. En tous cas, moi non.

-Viens donc, je n'aime ni l'odeur ni la vue du sang.

Je m'en fichais un peu en réalité de cela car ce que je voulais plus était de la voir en entier. En effet, un corps étalé ne donne pas vraiment les informations utiles pour savoir si elle était vielle ou pas, moche ou pas, et si il avait un regard d'intelligence en elle. Je lui tournais le dos, je savais bien qu'elle ne pourrais rien me faire, et j'étais toujours sur mes gardes au cas où. J'entendis des bruissements derrière moi et son ombre, ce qui m'indiquai qu'elle me suivait belle et bien. Arrivé au point d'eau, je me retournai et la vit entier. Elle était tous juste une adulte avec un regard étrange, car ce sont ces yeux qui je vit en premier et je n'arrivai pas à m'en détacher. On la regardant, un petit air me passa par la tête, un chant d'espoir. Stupide mais je n'essayai pas de me l'enlever. Quand il fut terminer, je constatai que j'avais les larmes aux yeux, encore plus stupide. Je m'assis près de la source, passa ma main sur mes yeux comme si cela était un réflexe et leva les yeux sur cette étrange personne.

-Qui est-tu.

Je n'avais pas demandé cela en question mais comme une petite pensée que je métamorphosai en parole. Mais comme je n'étais pas doué pour les long discours, et que j'étais renfermée, je lui dis juste ça. Je n'avais rien à dire d'autre.



Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Lovett



Messages : 176
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche et tout droit jusqu'au matin.

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Ven 19 Aoû - 10:44

_ Qui es-tu..demanda-t-elle
C'était bien la première fois que j'observais une Muelleris...Je priais pour qu'il fussent tous semblables. Elle semblait plus âgée que moi et avait des yeux radieux. Qui reflétaient une franchise pur et un cœur sincère. Cela me faisait du bien de penser qu'il en existait dans cette fichue jungle...
_ euh...Disons que je suis le fantôme de la jeune fille que vous venez de voir s'étaler entre les branches épineuses...
Assise près de la source, elle me fixait avec un petit sourire. Quelqu'un me souriait... Mon petit singe grimpa sur mon épaule et s'enroulant dans mes cheveux fit le beau devant la jeune fille.
_... ou, une simple imbécile égarée...continuais-je.
Nous restâmes longtemps à nous regarder, quand elle me fit comprendre que je puis m'asseoir en face d'elle.
J'avais toujours développé une sorte d'instinct vis à vis de mes prochains. Je voyais leur cruauté, leur vanité leur stupidité...et leur cupidité. Ici je ne voyais qu'une maturité fleurissante et une âme solitaire. Ben tiens, serais-je en train de faire un compliment?????...
Mais malgré cet instant long et paisible, je ne pus m'empêcher de lui demander...
_ Les Muelleris...sont....enfin, sont-ils des également de vieux bonhomme niais et stupides...
Après cette phrase, je regrettais ma franchise...
Mais elle ne semblait pas réagir, toujours d'un air franc, je suppose qu'elle se trouvait apte à maudire son clan. Si elle avait su, tu parles, elle n'est pas là à prier devant un tas de fumier...
Je sentis qu'elle soupirait juste avant de parler, soutenue par mon petit compagnon galopant dans ma robe avec entrain...
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Dayge



Messages : 135
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Ven 2 Sep - 9:15

-Euh...Disons que je suis le fantôme de la jeune fille que vous venez de voir s'étaler entre les branches épineuses ou, une simple imbécile égarée.

Je lui souris. Il est vrai qu'elle aurait pu se faire passer pour un fantôme vu s'en état. Mais je ne dis rien, car je savais tous de même ce qu'il fallait dire ou pas à une jeune personne. Mais la deuxième possibilité qu'elle entendait était la meilleure certainnement. Après un long regard, comme si nous voulons scanner l'autre pour découvrir avec nos yeux qu'elle son nom, son caractères, et quel clan, elle se rendit compte enfin que je lui offrait la possibilité de s'assoir auprès de moi, et qu'elle trempe enfin sa blessure. Je n'avais jamais été fortiche pour parler correctement à quelqu'un, c'est pour cela aussi que je fuis les gens comme ils me fuient. Mais cette fille en face de moi, me semblais vouloir rester pendant un bon bout de temps à mon avis. Et c'est avec un soupir résigné que j'attendis qu'elle prenne la parole.

-Les Muelleris...sont....enfin, sont-ils des également de vieux bonhomme niais et stupides...?


Je fis des gros yeux, des grands yeux, très et trop gros et grands. Ma bouche s’entrevit devant sa parole. Pardon?! Alors que j'avais peu à peu avancé mes épaules et ma tête vers elle, je les remis droite et fermai les yeux. Voyons, voyons, quand je suis partis de mon ancien clan, jamais je n'avais rencontré des gens comme elle! De qui, de quoi? Je fis un deuxième soupir quand je découvris que je devais parler pour découvrir la vérité et pour lui dire ma réalité.

-Je n'ai guère connu de gens comme ça, quand j'y était avant. Je ne vois pas de quoi tu parles. Quant auX Muelleris, il sont comme il sont.

Ah. Maintenant, qu'elle aille réfléchir dessus pendant trois heures et qu'on me laisse tranquille! Pendant un mois je n'avais vu personne pourquoi maintenant, on est obligé d'avoir une vie sociale? Bon, non, c'est un peu exagéré ce que tu dis Ingrid. Je ne pensais même pas ce que j'avais pensé! Elle m'intriguais, pourquoi avoir dis cette phrase malheureuse? A t-elle des problèmes? Si oui, ai-je envie de l'aider? Mon corps à cette instant avait un adrénaline hors-norme, bizarrement. Je regardais sa blessure et fit vite le lien, elle connait quelqu'un qui est niai et stupide et la frappe. Conclusion: je devais l'aider.

-Tu connais quelqu'un qui est aussi. Ce n'était pas une question mais une évidence. Que va tu faire. Ce n'était pas une question ni une évidence mais une subtile proposition d'aide.


Mais en attendant, elle devait au mieux nettoyer la plaie. Dans un soupir, je lui pris fermement la main, sans pour autant lui faire mal, ou essayé, et la plongea dans la source. Je fis un "Aïe" alors que c'était à l'autre de le dire. C'était comme si je ressentais des picotements aussi dans mon bras. Tiens, tiens, maintenant je ressens la douleur des autres..? Après ce douloureux bain de bras surement pour nous deux, je regardais les coins à l'horizon et trouvais de l’œil ce que je voulais. Je courus vers un plante, seule dans la clairière, pris une seule feuille qui ressemblait étrangement à un cœur et l’appliqua sur son bras, tout cela très vite.

-Bien avant de faire quoi que soit, c'est quoi ton nom.

Encore cette fois-ci, je n'avais pas fais cette phrase en tournure interrogative, il faut croire que je les déteste les questions. Si je voulais savoir son, c'était pour arrêter de me dire "celle-ci", "elle", et puis je voulais savoir son nom, c'est tout.



Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Lovett



Messages : 176
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche et tout droit jusqu'au matin.

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Sam 3 Sep - 12:09

Je venais de dire quelque chose de vraiment stupide...

_Je n'ai guère connu de gens comme ça, quand j'y était avant. Je ne vois pas de quoi tu parles. Quant auX Muelleris, il sont comme il sont.

Ah...en fait à ce moment précis, j'avais éspérée cette réponse, ou une autre du même genre...
Je ne saurais dire pourquoi, malgré son caractère endurci, au moins je n'étais pas la seule, cette jeune fille m'inspirait confiance...comme la belle Calliope, si généreuse, elle c'était différent, mais pour moi c'était le même chose...


Elle sembla enervée par mon comportement, tandis que moi, j'admirais, intriguée, le phénomène qui se trouvait devant moi...Un bref instant je compris qu'elle observait mes mains, encore une blessure attribuée par mon frère...Elle allait parler, mais cependant elle réfléchit tout d'abord...

_Tu connais quelqu'un qui est aussi. Ce n'était pas une question mais une évidence. Que va tu faire. Ce n'était pas une question ni une évidence mais une subtile proposition d'aide.

J'avais toujours apprécier la façon qu'on certain de tourner les phrases, moi même, cela me passait le temps....Mais je n'avais pas tenté une seconde de comprendre ce que la Muelleris venait de dire...
Je compris seulement qu'elle tentait de m'aider, froidement certes, mais cela venait du coeur...
Sans nul égare, elle attrapa ma main, puis la plongeau sous l'eau douce qui coulait près d'elle...Ce fut une sensation apaisante. Mes plaies me brûlaient, mais les gouttes froides qui une à une dansaient sur ma paume, et le doux bruit de la cascade qui flotte sur sa chute, clapotant doucement...me parvenaient comme une oasis dans un grand désert, un coin d'ombre sous le caniard de midi, ou une île sur un océan déchainé...
Elle reposa ma main sur mes genoux, et chercha du regard une plante pour panser ma plaie, qu'elle applique par la suite en toute docilitée....

Une question lui brûlait depuis quelques minutes...

_Bien avant de faire quoi que soit, c'est quoi ton nom.

J'eus faillie rire, mais à voir son expression, me j'abstins...

_ Lovett, Elizabeth Lovett, mais, Lovett n'est qu'un surnom...hum...et....et toi...bien que, je n'eus pas été très sympathique envers toi...
Revenir en haut Aller en bas
Ingrid Dayge



Messages : 135
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 18
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Mer 14 Sep - 9:59

- Lovett, Elizabeth Lovett, mais, Lovett n'est qu'un surnom...hum...et....et toi...bien que, je n'eus pas été très sympathique envers toi...

Aha, laissez moi rire. Si cela était réellement le cas, je me serai barré depuis longtemps! Je devais énormément la troublé pour dire que l'antipathie qu'elle croyait que j'avais alors que je ne l'avais ou alors que je n'avais pas deviné pour l'instant (compris?), était de sa faute? Bien, qu'elle croit ce qu'elle veut. Car non, je n'allais pas le contredire, je laissais cette phrase en suspend pendant que je regardais à ma droite. Mais comme je ne vis rien d'intéressant à ma droite, ma gauche passa à l’examen. Rien non plus. Il n'y avait que les arbres, le soleil, le ciel, la source et Elizabeth. Mon intension du donc se reporter sur sa petite personne. Je ne cherchai pas à voir ce qu'elle pensait de moi ou quoi que ce soit -car déjà, sa parole en disait long- car, je n’étais pas bonne pour la psychologie humaine. Je regardai donc que son physique extérieur. Spécial comme beauté. Il faut vraiment apprécier. Vraiment apprécier.

- Ingrid Dayge, je n'ai pas de surnom. Qui te cause ce genre de problème?

Pour mon surnom, je m'étais les choses au clair, je n'étais pas du tout le genre de fille qui a plein de copine et qui s'invente des surnoms ridicules du genre Grigri pour Ingrid ni Dada pour Dayge. C'est ridicule et humiliant. Donc elle m’appellera Ingrid car Ingrid Dayge fait trop trop. Bon, je pense cela alors que j'aurais dus le dire, mais ce n'est pas grave, je pense qu'elle n'est pas trop stupide pour m'appelait par un nom idiot. Et pour ma question, je regardais intensivement sa main pour ne pas à avoir dire le quel problème je parlais. Bref, avec moi, tout ce faisait avec les gestes, les regards, et peu de chose par les mots à part le primordiale évidement. Mais plein de petite chose se doivent d'être muette, comme les sentiments et nos pensées. Il faut les laissaient là où ils sont le mieux, à l'intérieur de nous et bien enfermés des barrières horizontale et verticales et même verticales. EN-FER-MES!

Quand je rencontre des gens -ce qui est fort rare-, il me demande souvent: comment tu-vis? Qu'est ce que tu fais? Tu ne vois personne? Et je leur répond à tous: je vis comme toi, je respire et non, puisque je te vois. Stupide je sais mais je ne vais pas me lancer dans un long discours sur la vie et la mort, et en plus un bonus palpitant sur ce que je fais dans la journée. Affreux, abominables et complètement niais. Bon, je devrais leur répondre à leur question mais la plupart du temps, je suis déjà partis avant. Que voulez-vous? Je ne suis pas un jouet fait pour répondre aux questions les plus bêtes des gens! Je suis faite pour que j'aille faire ce que je veux quand je veux et où je veux, c'est tout est c'est plus simple. Mais au l’occurrence, je ne savais pas quoi faire avec cette personne en face de moi. Je mettais déjà investie pour l'aider et je n'étais pas aussi égocentrique pour que je parte tout d'un coup, donc je devais patienter pour savoir sa réponse et que cette histoire se termine enfin.

- Tiens...

Je mis ma main sur mon front à cause du soleil qui m'éblouissait et j'essayais de voir le plus loin possible. Mais, si ce que je voyais était vrai, quelqu'un s'approchait de nous. Un garçon visiblement vu ses épaules larges, et un jeune vu sa taille. Mais ça aura peut-être aussi une petit fille aux mensurations impressionnantes, dans ma tête j'optai pour la première proposition. Je n'avais pas du tout envie de voir une deuxième personne débarqué aussi, déjà que une est presque trop alors deux pour moi, ce sera une pluie humaine. Je pris fermement le poignée d’Élizabeth et lui montra du doigt l’objet de mes soucies actuels. Je m'apprêtais à lui demander si elle le connaissait mais je me rendis compte à temps que si elle le connaissais, elle le dirai par elle-même, ce qui m'évitai d’utiliser trop de fois ma salive.

Je regardai toujours au loin, le petit point devenir de plus en plus grand.




Bon, le Rp est un peu nul. Désolé. Sinon le garçon, bien sûr, c'est ton frère, si ça ne te déranges pas! =D
P.S: J'ai mis plein de détails actuels! XD





Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Lovett



Messages : 176
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 18
Localisation : 2ème étoile à gauche et tout droit jusqu'au matin.

MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Sam 17 Sep - 9:12

_Ingrid Dayge, je n'ai pas de surnom. Qui te cause ce genre de problème?

Je n'eus pas appréciée sur le moment le ton de sa voix...Dans la tournure de cette phrase simple, elle m'avait observée d'un oeil des plus méprisants.....Elle m'avait regardée comme j'étais vraiment finalement...Effrayante, blanche comme un paysage enneigé et froid, des plus aigri...Une jeune idiote trop naïve et trop seule, dont personne n'éprouvera jamais ni pitié ni amour...

Mais cette personne si frêle sous son masque m'inspirait la confiance.....Un pressentiment naissait en moi....Comme si, ma vie déboucherait sur un destin lié à celle que je voyais en face de moi.Enfin, ma vie, ma mort plutôt........mais quand m'y déciderais-je...

"Ingrid Dayge" cela avait une résonance profonde........pfffff...allez en parler à ceux qui connaissent la véritable signification de Lovett....Même moi je ne la connaissais pas...il me fut donné par mon frère........Et pourquoi???...Allez savoir...

_Tiens...

Inconsiament, Ingrid fronce ses sourcils bruns...

Éblouie par le soleil, frappant, ce traître qui eut réussit à passer entre les branches folles...
Elle ne semblait pas comprendre à quel point celui qu'elle voyait s’avancer vers moi représentait la plus misérable race que j'eus connue, et elle également...

Eustache me dévisagea, comme il l'eut fait à chaque minute ou il regardait empli de dégoût mon visage révolté...

Il m'attrapa par le bras je ne posais pas d’opposition...Malgré son plus jeune âge, il possédait une force qui m'était inconnue...D'un regard de haine, il frappa ma mâchoire de son coude maigre...


Puis, il se tourna vers Ingrid...

_ Sale chienne, tu oses fréquenter notre clan, toi Muelleris, et femme qui plus est, ton père doit se retourner dans son lit de fumier!!!...Quand à toi Lisy...Attend prestement d'être réprimandée!!!!!!!!...

Eustache me releva sans égard, puis, j'eus sut qu'il commis l'irréparable...

Il cracha à la figure de la jeune fille....
Puis éclata d'un, rire insolent...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ainsi va la vie. [Libre]   Aujourd'hui à 22:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Ainsi va la vie. [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Chose :: Ancienneté :: Quetzal :: Forêt :: Fleuve Grijalva, lacs et cascades.-
Sauter vers: